Les Flocons Verts,  Projets Sociaux & Associatifs,  Vie Associative

Portrait de Jennifer Urbain, animatrice et coordinatrice des actions sociales du village vacances des Flocons Verts

Jennifer a gentiment accepté de répondre à mes questions sur l’aide apportée aux familles démunies pour leur premier départ en vacances.

 

Bonjour Jennifer, quel est ton parcours ?

J’ai suivi une formation de Moniteur – Éducateur en alternance dans un foyer de jeunes en difficulté. A l’issue de cette formation, j’ai travaillé 9 ans pour l’association Emmaüs Alternatives en région parisienne. C’est un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) sur du moyen terme et sur des situations d’urgences. Cette expérience fût parfois difficile en fonction des situations. Il faut savoir prendre du recul et apprendre à se protéger lorsque nous sommes confrontés à un public en grande précarité. Cependant, cette première expérience a été un véritable enrichissement personnel et professionnel. Par la suite, j’ai travaillé dans un chantier d’insertion à Combloux en CDD pour un remplacement, qui m’a permis de découvrir la région. Pendant ce CDD, j’ai appris qu’il y avait un poste similaire en CDI aux Flocons Verts donc j’ai sauté sur l’occasion et je ne regrette pas.

Aujourd’hui, quelles sont tes missions ?

Environ 90% de mon temps est consacré au chantier d’insertion et les 10% pour l’accueil de familles démunies sur le temps des vacances. D’autres missions m’ont été confiées au fil du temps, comme au niveau des formations via les demandes de prise en charge, de remboursement… Chaque année, il y a une petite chose à faire en plus qui rajoute une connaissance, donc j’ai un champ d’action assez important. J’ai beaucoup appris sur le droit du travail aussi. J’ai pu élargir mon champ d’action et développer mes compétences.

Comment rentres-tu en lien avec les familles dans le besoin?

Il y a plusieurs associations en lien avec les familles. Je suis la référente de la structure qui fait le lien entre le village, les associations et les familles. Je propose une offre  qui est mise en ligne sur le site Bourse Solidarité Vacances (BSV). Les associations en lien avec les familles, recherchent une destination en fonction de critères comme le tarif et le lieu puis elles rentrent les coordonnées de la famille sur le site BSV. Pour finir, je contacte les associations pour échanger sur la situation des familles.

Sur quelle période les Flocons Verts peuvent se permettre d’accueillir des familles démunies ?

Peu d’associations nous appellent l’hiver. La période qui marche très bien reste l’été, de début juillet à fin août, car les gens avec peu de moyen peuvent partir plus facilement.

Combien de familles peuvent accueillir simultanément  les Flocons Verts?

3 à 4 familles nombreuses par semaine, car nous avons des appartements allant jusqu’à 8 personnes.

Quels sont les tarifs attractifs proposés aux familles ?

Nous proposons à Bourse Solidarité Vacances des tarifs très attractifs de 150 la semaine pour un adulte et 81par enfant de plus de 13 ans. Parallèlement, nous proposons aux différentes associations comme le Secours Populaire, le Secours Catholique et autres 25% sur le tarif catalogue.

D’où viennent les familles généralement ?

Souvent les familles viennent de la région parisienne, mais elles peuvent venir de partout en France, même de Cluses, du Pôle Médical par exemple. Les familles viennent pour s’aérer, pour être simplement dans un autre environnement.

Les familles ont-elles accès à toutes les activités ?

Elles peuvent participer à toutes les activités proposées par le centre. Généralement, elles font un maximum d’activités gratuites comme la piscine, le sauna et la journée famille du mercredi. Il y a aussi de petites activités pas très chères pour les petits comme le poney ou l’accrobranche. Elles adorent aussi les soirées d’animations internes comme les soirées karaokés, les soirées dansantes ou les mini-jeux du bar. Certaines familles arrivent avec un budget pour les activités et si elles ne l’utilisent pas, nous pouvons mettre en place une activité exceptionnelle comme le parapente. Au contraire, il arrive que la famille ne fasse rien de la journée. Alors je vais la chercher et on participe ensemble à des activités. Cela facilite la socialisation.

Et en hiver, font-elles du ski?

Les gens se rendent vite compte que c’est cher, malgré les tarifs de logement très bas. Alors on peut faire une réduction sur notre matériel de ski mais les remontées mécaniques et les cours de ski restent très chers pour ces personnes.

Peuvent-elles toucher plusieurs fois une bourse vacances?

Je me souviens de tout le monde et il met arrivé d’accueillir 2-3 ans plus tard, une même famille. Mais l’objectif est de permettre à un maximum de familles de partir pour la 1ère fois en vacances.

Les familles acceptent-elles toutes de l’aide ?

Les familles acceptent généralement de l’aide. On adapte toujours notre accompagnement en fonction de l’autonomie des familles.

Qu’est-ce que tu aimes dans ce travail ?

Je suis très heureuse de pouvoir participer à l’épanouissement de la famille. Je suis ravie quand elles me disent qu’elles ont passées de super vacances. Et au contraire, quand on me dit « oui ce n’était pas terrible quand même », je remets tout en question.

Que ressentent les familles en arrivant à la gare ?

Elles sont stressées. Donc il faut créer un 1er lien en les appelants avant leur départ en train, pour rassurer tout le monde et régler les petits problèmes techniques de dernières minutes. Puis, on s’occupe d’aller chercher les familles à la gare, elles savent comment je suis habillé et j’ai ma petite pancarte Ternélia. Ceci les met à l’aise et les rassure.

Les familles s’intègrent-elles bien dans le village ?

Les familles sont lâchées petit à petit avec l’équipe pour qu’elles s’intègrent bien. L’équipe est bienveillante avec ces familles et elle a pour coutume d’accueillir les familles qui n’ont pas l’habitude de se retrouver dans ce nouvel environnement. Tout le monde y met du sien pour que tout ce passe bien. Il est important de souligner que c’est un travail d’équipe qui permet aux familles de passer de bonnes vacances.

Et comment les familles se sentent à la fin du séjour ?

Elles sont très émues et généralement elles pleurent à la gare. C’est quelques fois difficile de retourner à leur réalité. C’est pourquoi, j’ai plus de difficulté à faire les départs, mais j’adore faire les arrivées et voir le regard émerveillé des enfants et des parents, lorsque nous les installons sur les logements.  En 10 ans de pratique, seul un monsieur a été  mécontent de son séjour. Pour autant le reste de la famille est revenue en vacances chez nous plus tard, sans lui.

 

LM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *